Comment téléverser ses données de biodiversité

Le téléversement des données est une obligation légale pour tous les acteurs de la biodiversité aujourd’hui. La loi prévoit que les maîtres d'ouvrage, publics ou privés, contribuent à l'inventaire par la saisie ou, à défaut, par le versement "des données brutes de biodiversité" acquises à l'occasion des études d'évaluation préalable ou de suivi des impacts réalisés dans le cadre de l'élaboration des documents de planification ainsi que des projets d'aménagement soumis à autorisation.

back-to-school-paper-colored-paper-stationery-159519.jpg


D’un point de vue technique, les maîtres d’ouvrage et les bureaux d’études doivent donc être en mesure de téléverser leurs données brutes, notamment dans le cadre d’études d’impact. Mais pas de panique, nous sommes là !


Qu’est-ce que le téléversement des données de biodiversité ?


Il consiste à « verser » (transmettre au moyen d’un téléservice) des données brutes (d’occurrences) de biodiversité, générées lors de campagnes de collectes publiques ou privées, dans le SINP (Système d’Information sur la Nature et les Paysages) - via la plate-forme GINCO (Gestion d’Information Naturaliste Collaborative et Ouverte). Pour que le téléversement soit validé (= le maître d’ouvrage obtient un certificat de conformité de jeux de données), les données doivent au préalable être formatées/normalisées selon un standard national précis, systématique et rigide, défini et requis par le SINP : chaque occurrence (observation) contenu dans le jeux de données brutes soumis au SINP doit contenir des éléments obligatoires (et facultatifs) normalisés relatifs à l’observation et l’identification du taxon ainsi qu’à son regroupement et rattachement géographique. Les informations liées au taxon lui-même (attributs taxonomiques) doivent faire référence à TAXREF (référentiel taxonomique national). Le fichier final à téléverser est constitué des observations (taxons) en lignes et des éléments requis par le SINP en colonnes au format .csv ou .txt.

Pourquoi le téléversement est obligatoire ?


Pour homogénéiser la qualité des données de biodiversité ! La tâche est gigantesque et ambitieuse, essayez d’imaginer la disparité et quantité astronomique d’observations passées et à venir, réalisées partout dans le monde ! Et tout cela dans le cadre d’une connaissance scientifique toujours en mouvement, en particulier concernant la classification du vivant (nomenclature et taxonomie). 
Au niveau national, la procédure de téléversement va maintenant permettre d’avoir un point d’entrée unique des données brutes de biodiversité : le SINP reçoit les données brutes et les filtre  sur la base de leur qualité (vérification de la conformité, cohérence et validité scientifique des observations). Le téléversement intervient sur les étapes de conformité et de cohérence. Si la qualité des données brutes est validée par le SINP, celles-ci sont transmises à l’INPN pour diffusion.

Quel processus pour le maître d’ouvrages lors d’un projet ?


1- Création du dossier de l’étude sur TPS (TéléProcédure Simpliée)
2- Le maître d’ouvrage est redirigé vers l’application Métadonnées SINP où il se connecte grâce aux identifiants obtenus à l’étape 1.
3- Sur l’application Métadonnées SINP, le maître d’ouvrage complète les informations relatives au cadre d’acquisition des données et édite le ou les jeux de données associés.
4- Utilisation de ecoReleve ou Geonature pour mettre en forme le ou les jeux de données.
5- Téléversement des données sur GINCO. Si les données sont validées, le maître d’ouvrage obtient un certificat de conformité des données et un lien URL où sont déposées ses données.
6- Re-connexion sur TPS où le maître d’ouvrage renseigne l’URL. Le dossier est complet.

Grâce à ecoReleve, vous pouvez créer votre protocole et saisir vos données pour les exporter dans un format SINP.

Contactez-nous pour en savoir plus.
 

Posted on April 19, 2018 and filed under Data, Biodiversité, ecoReleve.