Les Sciences Participatives : origine et essor

Mieux protéger la biodiversité induit de mieux la connaitre!

Le suivi à long terme de la biodiversité nécessite un grand nombre de données sur une zone géographique large, d’où l’émergence des programmes de sciences participatives.

 

Définition des sciences participatives 

« Les sciences participatives sont des programmes de collecte d’informations impliquant une participation du public dans le cadre d’une démarche scientifique. L’application de ces sciences participatives au domaine de la biodiversité se décline en 3 objectifs :
•    avoir des données sur la nature et la biodiversité pour étudier son état de santé (monitoring de long terme) ;
•    produire des outils de sensibilisation et d’éducation à la nature et à la biodiversité ;
•    former une communauté et mobiliser autour d’enjeux liés à la nature ».

Origine et essor des sciences participatives

Les années 1900 marquent une professionnalisation des scientifiques naturalistes, qui auparavant étaient, la plupart du temps, des médecins avant tout. Les scientifiques ont alors une place privilégiée dans le domaine des sciences de la nature. 
Le système de recherche des années 1950-1960 où les scientifiques et les décideurs politiques occupent une  place importante, voir exclusive, est alors contesté par la société civile durant les dernières décennies. La société devient une « société du savoir » et la place de la participation dans les processus décisionnels est croissante. 
Le terme anglais de recherche participative, participatory research, est apparu dans les années 1970 pour illustrer la production de savoirs locaux, notamment au niveau des villages, et dans un premier temps en Tanzanie, puis en Afrique et en Amérique Latine. Le Réseau International de Recherche Participative est créé en 1976. La demande de participation des citoyens à des problématiques de recherche, comme l’évolution de la répartition des papillons,  s’accentue, et notamment concernant la biodiversité. L’essor grandissant des sciences participatives est donc bien mené par une dynamique sociale et marque une déprofessionnalisation des sciences de la nature en mettant en avant le naturaliste amateur.

En parallèle, la démocratisation des outils informatiques, amorcée dans les années 2000, accroit la diffusion et la mise à disposition des données pour tous. Ces innovations techniques permettent au plus grand nombre de participer à la récolte de données ainsi qu’une homogénéité des données afin de pouvoir les exploiter et en tirer des conclusions pertinentes.

Le ministère de l’écologie joue également un rôle important en incitant, par ses circulaires, les organismes à utiliser des démarches participatives. A ce titre, les colloques concernant les sciences citoyennes et sciences participatives se multiplient. En 2009, à Montpellier, deux colloques ont eu lieu : le premier intitulé « Réseaux collaboratifs et sciences citoyennes », organisé par l’association Tela botanica ; le second, «Le réveil du dodo», organisé à l’occasion des Journées francophones de la biologie de la conservation.

 

Envie d’apporter votre contribution aux sciences participatives ? Consultez le site du Muséum national d’Histoire naturelle  ou contactez Natural Solutions 

 

 

Références

Bœuf G., Allain Y.M. et Bouvier M., (2012), « L’apport des sciences participatives dans la connaissance de la biodiversité », Rapport remis à la Ministre de l’Ecologie, 29 pages.

Millot G., Neubauer C. et Storup B., (2012-2013), « La recherche participative comme mode de production de savoirs : Un état des lieux des pratiques en France », Fondation Sciences Citoyennes, 94 pages.

Couvet D. et Teyssèdre A., (2014), « Sciences participatives et biodiversité : de l’exploration à la transformation des socio-écosystèmes » [En ligne], Cahiers des Amériques latines, n°72-73, p.49-64, doi : 10.4000/cal.2792, consulté le 12 mars 2014. 
URL : <http://cal.revues.org/2792>

Nature France, Sciences participatives Présentation [En ligne], consulté le consulté le 12 mars 2014.
URL : <http://www.naturefrance.fr/sciences-participatives/presentation>

Posted on June 16, 2014 and filed under Biodiversité, Science Participative.