Posts tagged #base de données naturaliste

Comment faire un atlas de la biodiversité communale ?

Qu’est-ce qu’un Atlas de Biodiversité Communale ? À qui est-il adressé et dans quel but ? Comment Natural Solutions peut vous aider à réaliser votre ABC ?

Base de données Naturaliste

Les acteurs de la biodiversité disposent d’une quantité impressionnante de données, papier ou informatisées, difficiles à traiter, à partager, à réutiliser en raison d’une organisation généralement confuse. Chaque jour, plus de 5 000 données sont ajoutées par plusieurs dizaines de milliers de contributeurs en France : sciences participatives, réseaux associatifs, réseaux d’espaces naturels, etc.

Open Data

L’ouverture des données au grand public est « nécessaire » et favorisera une meilleure protection de la nature, mais, jusqu’à présent, les bureaux d’études, mandatés par les maîtres d’ouvrage, ne contribuaient guère.

Observations

Une donnée naturaliste est une donnée d’observation de la faune, de la flore ou d’un habitat constituée au minimum par 3 informations :

• Nom de l’espèce
• Lieu d’observation
• Date d’observation

Parfois des informations complémentaires peuvent faire l’object d’un protocole :

• Nombre d’individus observés
• Fréquence ou durée d’observation
• Secteur concerné...

Un logiciel de gestion de données naturaliste permet de structurer, d’organiser et d’automatiser le fonctionnement de votre structure

•avoir une vision globale du territoire
•gagner en réactivité
•gagner en efficacité
•réduire le risque d’erreur lié à la saisie
•diminuer le temps consacré à la création des rapports
 

Base de données Naturaliste

SGBD

Nombreux et parfois complexes ces outils de type base de donnée naturaliste sont plus ou moins adaptés aux besoins des utilisateurs. La question se pose : lequel choisir ?

Parce que toutes les données de sont stockées dans une base de données, le choix du SGBD est une étape critique :

MySQL

MySQL est une base de données Open Source éditée par la société du même nom.

PostgreSQL

Ce système est le leader actuel dans chez les professionnel du territoire. Comme les projets libres Apache et Linux, PostgreSQL n'est pas contrôlé par une seule entreprise, mais est fondé sur une communauté mondiale de développeurs et d'entreprises.

SQL Server:

Microsoft s´est toujours intéressé au marché des petite structure. C´est également la seule alternative financièrement abordable à SQL Server de Microsoft pour toutes les entreprises qui ne souhaitent pas utiliser de logiciel Open Source.

EcoRelevé

Les données sont organisées sous forme d’observations, pour lesquelles sont prévues de nombreux attributs , comme l’espèce, la date, l’observateur, le site de l’observation. Des champs spécifiques peuvent être ajoutés par l’utilisateur.

Il est possible d’extraire les observations répondant à des critères multiples, et de les exporter vers un tableau, une base de données ou un SIG, pour consolidation ou traitement ultérieur, et même de les répliquer vers une base centrale.

Découvrir aussi, Suivie individuel des oiseaux,  informatique-pour-la-biodiversite

 

 

Outils Informatiques pour la biodiversité

Les données sur la biodiversité sont essentielles à un large éventail d'utilisations scientifiques, éducatives et gouvernementales. Natural Solutions s’attèle à cette tâche difficile depuis maintenant 10 ans. Un formidable travail nous attend dans l'intégration de ces sources dans une approche globale.

Les données de la biodiversité sont générées par des milliers de chercheurs dans le monde. Le résultat est un réseau mondial hétérogène. L'intégration de ces ressources de données est un des objectifs prioritaire d’une nouvelle discipline l’informatique pour la biodiversité ou « biodiversity informatics ».

L'Australie a été un pays leader dans l'informatique pour la biodiversité (« biodiversity informatics » ). Depuis le milieu des années 1970, les herbiers australiens ont été numérisés. Le Réseau d'information des ressources environnementales (ERIN), a été créé dès 1989 pour fournir des informations liées à l'environnement géographique pour la planification et la prise de décision.

Global Biodiversity Information Facility (GBIF) a son origine dans une recommandation d'un groupe de travail du Forum Mégascience de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), bien que le GBIF n’ait actuellement aucun lien direct avec l'OCDE. GBIF a été fondée en Mars 2001 et la participation est ouverte à tout pays intéressés. Son programme de travail met l'accent sur quatre domaines prioritaires: (1) la numérisation des données de collecte, (2) l'accès aux données et à l'interopérabilité des bases de données, (3) Le catalogue électronique de noms d'organismes connus, et (4) le renforcement de la sensibilisation et de la capacité.

Pour intégrer des données provenant de sources réparties en temps réel, les normes et protocoles sont essentiels. Le TDWG travaille sur ces normes depuis 1994. Plus récemment, les réseaux de bases de données distribuées de collections biologiques ont adopté une approche simplifiée. Le Darwin Core qui définit un ensemble plus simple de champs communs à tous les groupes taxonomiques.

Les aires protégées et les ENS disposent d’une quantité impressionnante de données, papier ou informatisées, difficiles à traiter, à partager, à réutiliser en raison d’une organisation généralement confuse.
Les nouveaux outils informatiques permettent d’exploiter pleinement ces données naturalistes. Nombreux et parfois complexes ces outils sont plus ou moins adaptés aux besoins des utilisateurs. La question se pose : lequel choisir ?